Vous êtes ici : Accueil > Collège au cinéma > Au revoir les enfants > Le contexte historique du film Au revoir les enfants
Publié : 26 avril 2010

Le contexte historique du film Au revoir les enfants

Le contexte Historique :
- Août 1940 : l’armée française considérée comme l’une des plus puissantes du monde s’est écroulée en cinq semaines ; 100.000 soldats ont été tués, 2 millions sont prisonniers de guerre, 6 millions de civils se sont enfuis vers le Sud. EN même temps, les français ont accueilli l’armistice signé le 22 juin avec une sorte de soulagement. Le prix à payer est pourtant lourd : le pays est partagé en zone du nord dite occupée et en zone dite libre. La flotte est désarmée, l’Allemagne s’engage à ne pas l’utiliser. La France devra livrer les nombreux Juifs qui avaient fui les persécutions nazies. La loi du 10 juillet 1940 a mis fin à la république et donné tous les pouvoirs à Pétain. Daladier et Blum, les « responsables de la défaite » sont arrêtés.
- Dès la fin du mois d’août, la presse qui subsiste sous contrôle de l’occupant se livre à une campagne de haine antisémite d’une violence inouïe, lance des appels au meurtre et à la délation.
- Septembre 1940 : les juifs doivent se présenter au commissariat de police et faire apposer sur leur carte d’identité un tampon JUIF. Les étrangers ne peuvent que difficilement échapper à cette contrainte, car ils doivent faire renouveler la validité de leurs papiers.
- Octobre 1940 ; luis juifs propriétaires d’une entreprise sont expropriés, leurs biens confisqués
- Mai 1942 : les Juifs sont contraints de porter un signe distinctif. Ils reçoivent l’insigne en forme d’étoile jaune revêtu du mot JUIF. Les contrevenants seront envoyés dans les camps de Juifs ainsi que les non-juifs qui porteront l’étoile en signe de sympathie.
- Août 1942 : Les grandes rafles sont organisées par la police française. Beaucoup de Juifs ont gagné la zone sud, espérant échapper à la traque nazie. Ce ne sera qu’un sursis. Laval accepte de livrer aux Allemands les Juifs étrangers de la zone occupée dans l’espoir de sauver les Juifs français dont l’arrestation lors des rafles suscite l’émotion dans l’opinion. Il propose aux Allemands de leur livrer les enfants de moins de 16 ans. LA plupart des 14.000 enfants juifs déportés étaient français. Peu ont survécu.
- La période de 1940-45 se caractérise par la permanence d’une majorité passive et de minorités actives. Il convient de rendre un hommage particulier à toutes celles et ceux qui ont sauvé 10.000 enfants juifs. « Le message qu’ils souhaitaient transmettre aux générations qui les suivent est de se méfier des jugements manichéens : les bons d’un côté, les mauvais de l’autre. La barbarie peut renaître à tout moment et en tout lieu. Les bourreaux sont des gens ordinaire » Delattre