Vous êtes ici : Accueil > Collège au cinéma > O Brother, Cohen > Les références du film
Publié : 9 janvier 2010

Les références du film

O’ Brother, Les frères Coen, 2000

La genèse du film :
Au départ, leur idée était de raconter l’histoire de 3 évadés d’un pénitencier puis l’envie de calquer leurs mésaventures sur le livre d’Homère s’est imposée (Ulysse, Penelope, cyclope, sirènes) et enfin, ils souhaitèrent en faire une comédie musicale en utilisant une forme de blues.
Pendant la préparation du film les Cohen décident que l’action se déroulera au Mississipi dans les décors réels : campagne sans âge, marais, plaines collines. Ils font transformer deux petites villes de l’état en cités des années 30. Ils exigent des costumes, des accessoires et des voitures d’époque. On retrouve aussi certains « stéréotypes » issus du cinéma des années 30 : gangster, le travailleur agricole, le politicien, le policier, le chômeur…
Le film fut tourné avec un budget modeste. Le fait qu’ils sont les auteurs du scénario et réalisateurs leur donne une liberté créatrice.

Burlesque :
Avec leurs tenues rayées de bagnards, Ulysse et ses deux compagnons ressemblent davantage à des personnes de bandes dessinées et de personnages de Tex Avery qu’à de glorieux héros antique. En effet, dès le départ, l’évasion nous rappelle les dessins animés de Tex Avery en particulier avec des attitudes totalement irréalistes de la part des personnages.

De plus, les différents panneaux qui constituent le générique s’inscrivent directement dans l’héritage des films muets, créant un décalage immédiat et plaçant le spectateur d’emblée dans l’univers décalé du film.

Détournement des codes  :
En contre-pied de tous les films où l’évasion est un grand moment de suspense, Les Cohen n’en montrent aucune étape en procédant à de nombreuses ellipses.
Les 3 personnages entrent dans le film à la manière de héros comiques du burlesque muet, avec des expressions de Cartoon

et commettent leur première bévue en ratant la fuite du train par manque de logique et de méthode : la chute de Pete entraine la chute des autres. On comprend alors que tout le film reposera sur les maladresses du chef.
Après le train, la fuite lente et visible de tous contredit la logique du film traditionnel de poursuite. Un tel choix de transport devrait les faire aussitôt reprendre par les policiers mais nous sommes dans une fable. Le but étant de dénoncer les tares de l’Amérique.